AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
♥️ CBH

Partagez | 
 

 Zadig Ψ capture d'un souvenir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lux J. Matthews

avatar

• Nombre de messages : 32
• Age : 27

MessageSujet: Zadig Ψ capture d'un souvenir.   Mer 5 Jan - 21:21


We used to say that we were.
brothers and sister.

La matinée était étrangement sombre, une grise pale et salasse s’étendait dans les cieux offrant une image tiré d’un film d’horreur. Une grosse brume blanchâtre couvrait quand a elle le sol. C’était frustrant et effrayant. Lux, avait la sensation d’être perdu, comme si le soleil n’allait jamais revenir. Sur le rebord de Sa fenêtre elle regardait l’horizon du moins le peu qu’elle puisse le voir. La brume couvrait tellement le sol que Lux ne le voyait à quelques mètres à peine. Elle plissait son regard, fermant légèrement ses yeux dans l’espoir de voir des détails plus net mais rien la brume prenait toute la beauté de la vue qui s’offrait de son balcon. Pourtant cette ville était plutôt habituée au soleil, rarement les rayons du soleil disparaissaient mais ce matin cela semblait différent. Elle sentait déjà que quelques choses allaient changer mais elle ignorait encore la nature de ce changement. Elle restait la sans bouger comme si elle était paralysée, comme si ses deux pieds étaient collés sur le sol blanc de sa chambre. En réalité dire elle ne savait pas ou aller, elle l’impression d’être un peu perdu, ses jambes maigrichonnes tremblaient jusqu'à ce qu’elle reprenne conscience, secouant son visage, comme pour se dire réveille toi Lux réveille toi. Prenant bien appuie sur ses deux jambes, elle s’approchait de son lit, qu’elle fit, avec plus de force que d’habitude. Se dépêchant, allant à une vitesse qui l’étonna elle-même.

Elle alla directement en direction de la salle de bain, elle se plongeait corps et âme sous une bonne douche chaude. Elle laissa l’eau le long de mon visage, le levant même vers la paume pour profiter des biens faits de cette chaleur qui la détendait totalement. Au bout de quinze minutes, elle attrapait le peignoir blanc qui se tenait à gauche de la douche ; posant ses pieds sur le calage froid, elle frissonnait. Glissant ses pieds dans une paire de pantoufles en rose clair. Le miroir flou à cause de la vapeur l’empêcher de voir son reflet, elle avait l’impression d’être invisible, elle passait donc un coup de main et laissait apparaitre son visage, humide et pâle. Elle ne c’était jamais considérais comme une jolie fille, simplement elle essayer de ne pas se plaindre et l’avis des autres l’avaient longtemps était sans intérêt. Quittant la pièce, elle rejoignit sa chambre, toujours aussi sombre, elle qui pourtant offrait des teintes clair tel que le blanc et le rose Elle s’asseyait quelques minutes jambes croisées sur son lit, pensant à ses envies, Reprenant ses esprits, en se secouant le visage elle ouvrit l’armoire ou ses vêtements étaient disposés. Elle attrapait un jeans, un pull et une veste avant de partir à l’aube d’un nouveau jour.

Lux fit plusieurs kilomètres avant de trouver l’endroit parfait. Elle désirait créer et capturer une image. Elle marchait simplement, la tête vide et le sourire sur le visage, un appareil autour du coup. Du moins avant qu’elle arrive sur Moshassuck River . – Quel endroit magnifique – pensa t’elle, en descendant près de l’eau. Elle fit quelques clichés, de tout et de rien, des gens, le soleil, tentant de capturer le bonheur d’un visage ou la peur d’un autre. Au bout d’un moment elle trouvait un endroit reculé et calme près du lac laissant flotter l’horizon à perte de vue.


Dernière édition par Lux J. Matthews le Jeu 6 Jan - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovethewayyoulie.forumactif.org/
Z. Blythe Matthews

avatar

• Nombre de messages : 31
• Age : 33

Come Back To Me
Statut : célibataire.
Je traine avec :

MessageSujet: Re: Zadig Ψ capture d'un souvenir.   Jeu 6 Jan - 19:44


❝je t'aime, moi non plus.❞


« Mon dieu, que je te déteste. Mais je te déteste, simplement. Comment peux-tu oser encore me faire ça Blythe ? A croire que tu n'aimes que la vengeance. La vengeance pure, et dure. » Certaines personnes ne se rendent pas immédiatement compte de l'ampleur que peuvent prendre leurs mots, aussi durs soient-ils. Ces mots venaient tout juste de sortir de la bouche d'une jeune femme, une jolie brune que personne n'aurait jamais soupçonné d'être aussi rude et froide, mais qui pourtant, venait de briser le peu d'espoirs que le jeune Matthews possédait encore. Zadig Blythe Matthews, un nom que certains retiendront sans doute durant toute leur existence. Comment expliquer le fait que ce jeune homme, malgré son âge peu avancé actuellement - en effet, vingt-cinq ans, nous sommes encore loin de la soixantaine, n'est-ce pas - ne puisse pas rétorquer un seul mot après cette attaque, sans doute gratuite ou totalement réfléchie ? Dieu seul le sait, mais malheureusement, Zadig ne le sait que trop bien. Beaucoup de choses font que dans une vie, des petits détails sans doute insignifiants pour la plupart des êtres humains ne passeront pas inaperçus à vos yeux, tout du moins, aux yeux de Blythe. Avant de se rendre compte qu'il était tout simplement passionné d'aérospatial et d'aéronautique, le jeune homme ne jurait que par la philosophie, chose qu'il continue d'ailleurs de faire, aussi bien avec sa jeune sœur qu'avec son entourage quotidien. De nombreux amis ne parviennent pas toujours à le comprendre, ce qui lui rend la tâche un peu plus ardue, mais peu importe, Blythe aime justement relever le défi de leur faire comprendre ce dont il parle, il aime l'adrénaline que provoque l'ébullition des neurones dans sa boîte crânienne, il aime tenter de faire ressortir le vrai du faux. La vie est une bien belle chose lorsqu'elle est enfin comprise n'est-ce pas ? Mais tentez donc de comprendre toutes les diverses complexités de ce monde, et vous en deviendrez très rapidement fou. Réellement fou.

Parlant de folie. N'avez-vous jamais essayé d'attraper une goutte d'eau qui tombait lorsqu'il pleuvait à torrent ? Et bien Blythe, oui. Et exceptionnellement, ce jour, ce dernier avait encore une fois envie d'essayer. Il faisait sombre, le temps s'annonçait humide mais cela rendait l'atmosphère immédiatement plus pesante. Un véritable thriller. Du haut de son balcon, Blythe posa son regard au loin, tentant tant bien que mal de distinguer le bout de la ville, mais rien n'y fit, cette purée de pois le rendit encore un peu plus aveugle qu'il ne l'était déjà. Posant une main moite sur son front, relevant doucement les bouclettes châtains qui trônaient sur son visage, Blythe soupira lentement avant de repasser dans son appartement, encore dans la pénombre. Dès lors, le jeune Matthews pénétra dans le long couloir qui conduisait à la salle de bain, avant de s'y engouffrer et de laisser couler l'eau le temps que la température ne daigne se réguler. Depuis qu'il habitait seul, ce dernier avait reprit de mauvaise habitudes que l'on pourrait juger dignes d'adolescents pré-pubères en quelque sorte. Laisser la porte grande ouverte, jeter ses serviettes encore humides n'importe où, ne plus rien ranger. Mais il était temps que Zadig se reprenne en main, en effet, il reprenait la route du monde du travail, chose qu'il n'avait pas faite depuis qu'il travaillait chez lui, nuits et jours. En effet, ses précédentes études d'ingénierie lui prirent absolument tout son temps libre, du coup, impossible pour lui de passer du temps avec Lux et son fils, ou tout simplement ses amis. Mais que voulez-vous, pour se permettre de grimper les échelons, il faut toujours en donner plus et s'attendre à ne plus rien recevoir pendant un moment, que cela vous plaise ou non. Quoi qu'il en soit, sortant de la douche, Blythe prit le soin de passer par le dressing afin de choisir ce qu'il pourrait porter en un jour si banal, puisqu'il n'avait aucune obligation professionnelle, pour une fois. Rapidement apprêté, ce dernier se rendit dans la cuisine où il attrapa un misérable toast tout en cherchant les clés de son appartement dans son cuir avant de courir chercher prendre son gsm qu'il fourra dans une de ses poches tout en claquant la porte.

C'était un jour parfait pour daigner se promener, c'est vrai. Néanmoins, traversant la rue, le jeune homme prit la direction du coffee shop le plus proche afin de satisfaire son insatiable envie de caféine. En effet, depuis peu, son médecin lui conseilla d'arrêter de boire autant de café successifs puisqu'il pourrait en découdre après, mais peu lui importait. Soit il se privait de caféine et dérivait donc sur la théine qui révèle être encore plus addictive que la caféine, soit il continuait avec ses petites habitudes et il assumait entièrement ce qu'il faisait. Après tout Bluthe est un grand garçon responsable de ses actes, n'est-ce pas ? Casque sur les oreilles, musique au maximum , Zadig poursuivit sa route jusqu'à la rivière qu'il adorait, et qui portait un nom si particulier, mais si poétique. Moshassuck River. Rien qu'entendre quelqu'un susurrer ces quelques mots et Blythe se sentait décoller. Rien de tel qu'un peu de poésie pour reposer son âme et son esprit, mais peu de gens ne savent l'apprécier à sa juste valeur, pareillement que l'art. Pour la plupart des êtres humains, l'art ne se résume qu'à peu de choses ; la peinture, le cinéma, la musique et la littérature. N'oubliez pas la philosophie et la poésie, ne les oubliez ... Figures révélatrices d'esprits consternés, figures révélatrices d'esprits torturés, ne les oubliez pas. Accélérant la cadence, Blythe se retrouva sans doute face à la seule entendue de la rivière où personne n'osait aller, si ce n'est une jeune femme. Haussant les sourcils, le jeune éphèbe tenta de préciser ses pensées sur la personne qui se trouvait sur l'autre rive, qui lui paraissait étrangement familière, mais rien n'y fit, il n'y parvient pas. Décidant donc de faire le tour afin d'en avoir le cœur net, Zadig marqua le pas avant de s'arrêter à dix mètres de la personne en question, lorsque subitement, un véritable choc. Il ne s'agissait que d'une seule personne qui pouvait se retrouver au même endroit, au même moment, c'était évident, mais il s'en voulait de ne pas avoir pensé à elle plus tôt. « Ça par exemple. Lux Johanna Matthews, ici même. Mais quelle coïncidence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux J. Matthews

avatar

• Nombre de messages : 32
• Age : 27

MessageSujet: Re: Zadig Ψ capture d'un souvenir.   Jeu 6 Jan - 21:42

❝ tu me manque ❞


Lux avait prit la décision de vivre au jour le jour sans se demander de quoi demain serait fait. Sa vie était rythmée par l’art, la connaissance et la musique. Bien que des sentiments tel que l’amour ou l’amitié comptait plus que tout mais parfois il arrivait que les choses soit compliquées. En regardant la rivière, le bonheur des gens capturé dans une image ou la douceur de certaines personnes quand ils marchaient. Cela en devenait presque magique ; Lux avait toujours eu ça, un petit coté rêveuse et fragile tout comme elle possédait cette détermination et cette force. Le regard de Lux parcourut l’horizon cherchant quelques choses un petit détail qui allait changer une chose ou une minute de sa vie. L’important pour elle n’était pas d’être parfaite mais d’être assez bien pour elle-même. Pendant une microseconde elle se senti partir, ailleurs plonger dans un monde totalement lointain. Elle avait l’impression d’être au cœur d’un monde plein de bonté et loin de tout ce qu’été Providence. Tu es folle Lux se dit elle à elle-même. S’étendant de tous ces membres, Lux frôla l’eau de ces pieds sentant la froideur de l’eau et le vent léger se déposait sur sa peau. L’air un peu bête, elle se redressa, cherchant appuie sur ses mains pour reculait au risque de tomber. Alors qu’elle exécuta avec patiente et élégance son mouvement, son regard se plongea sur une silhouette un peu plus loin d’elle. Elle avait l’impression de rêver encore, il la fixait intensément mais le soleil qui se posait sur son corps la faisait douté de son origine, bien qu’au fond d’elle, elle était sur et certaine c’était bel et bien lui. Lux se leva avançant doucement mais elle avançait, son appareil autour du coup et son visage serrait, par le doute et l’angoisse. Elle se stoppa net devant lui à quelques centimètres, elle n’avait pas vraiment conscience de l’espace à cet instant. Elle bloqua son regard sur lui. « Zadig … » dit-elle après qu’il prononça son nom. Doucement sa main se posa sur son bras, le tâtant pour être sur de ne pas rêver ou d’imaginer sa présence.

Elle sourit, heureuse de poser enfin ces yeux sur lui. Elle ne l’avait pas vu depuis deux mois deux longs mois, plus de soixante jours et elle avait l’impression qu’une part d’elle-même n’était plus la. Que son être en entier le réclamait, c’était du manque à l’état pur. Et pourtant il n’était nullement son petit ami ou quelques choses de ce genre, c’était son frère, son grand frère. Elle aurait pu hurler, crier de bonheur mais elle se contenta de plonger ces yeux dans les siens quelques secondes, fixant juste ces prunelles. Depuis la fin de cette merveilleuse période qu’est le lycée, Lux était parti à New York, dans l’une des villes les plus fabuleuses à ces yeux, mais étrangement ce n’était pas aussi drôle qu’elle l’aurait cru. Etre seule n’avait rien de merveilleux. Avoir une vie parfaite c’était ce qu’elle avait toujours connu et la elle avait été seule, seule dans une grande ville, seule dans Times Square, mais étrangement ce fut l’expérience la plus enrichissante de toute sa vie. « Hum … alors ? Pas de Câlin ? D’effusion de larmes et de joie ou pas de cris en tout genre ? » demanda t’elle gentiment pour ce moquer de son frère, c’était un petit jeu entre eux, et elle adorait ça. Elle fini par s’approcher n’aimant pas la distance entre leur deux corps. Lux s’approcha et serra son frère contre elle, respirant son odeur qui lui avait tant manqué et retrouvant ce corps avec lequel elle avait grandit.

Au bout de quelques secondes, elle recula. Lui offrant son plus beau sourire, elle aurait pu recommencer mais elle aurait sans doute semblé totalement hystérique. « Je suis contente de te voir … Je veux tout savoir sur ces deux mois sans toi » deux mois c’était en réalité affreusement long. Elle lui prit la main, et de sa grâce naturelle, s’installa sur le banc avec lui. Elle prit quelques secondes pour le prendre en photo, autant profité de sa beauté, pourquoi s’en priver d’ailleurs ? « Alors dit moi …qu’ais-je manqué dans la vie du beau Zadig Matthews ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovethewayyoulie.forumactif.org/
Z. Blythe Matthews

avatar

• Nombre de messages : 31
• Age : 33

Come Back To Me
Statut : célibataire.
Je traine avec :

MessageSujet: Re: Zadig Ψ capture d'un souvenir.   Sam 8 Jan - 18:23


❝always and forever ?❞


« Hum … Alors ? Pas de câlins, rien ? Aucune effusion de larmes de joie ou pas de cris en tout genre ? » Ce regard aussi sombre que les abysses d'antan lui avait manqué, il n'y avait rien à dire. Lux se trouvait devant lui, le serrant contre sa poitrine tout en hoquetant, sûrement signe de l'émotion présente sur le moment. En effet, le jeune Matthews ne savait pas du tout comment réagir, ce qu'il devait faire ou ne pas faire, s'il pouvait la prendre dans ses bras ou autres ; pour tout avouer, Zadig n'était pas quelqu'un de très émotif et les sentiments lui restaient bien souvent coincés au fond de la gorge, formant une boule impossible à déloger. Deux mois s'étaient écoulés sans que les deux enfants Matthews ne purent se voir ne serait-ce qu'une seule fois, l'un trop prit par ses obligations professionnelles, l'autre par son fils - certainement très adorable par moment, mais il reste un gosse après tout - et très sûrement d'autres petits aléas de la vie que chacun n'aimera pas avoir, mais encore une fois, ceci reste une chose que l'on ne peut contrôler. Pressant le corps de la jeune femme contre le sien, puis passant une main sur sa crinière brune, Zadig lui fit relever la tête avant de déposer un doux baiser sur son front, évidemment de manière fraternelle puisque beaucoup auraient pu avoir certaines pensées tordues rien qu'en les apercevant. Déjà au lycée, les rumeurs se bousculaient dans l'esprit de tous leurs camarades, d'autant plus que Lux et Blythe n'étaient pas dans la même classe mais restaient très souvent ensemble lors des différentes pauses de la journée. En effet, beaucoup s'étaient sans doute amusés à faire circuler la rumeur que Zadig osait abuser de sa sœur, ou alors que les deux jeunes gens s'aimaient envers et contre tout. Ils s'aimaient, oui. Mais c'était un amour fraternel que rien ni personne n'aurait pu briser. Gardant une main dans son dos, puis posant la seconde sur sa joue droite, le jeune ingénieur poussa un lent soupire avant de tenter de prendre la parole.

« Tu sais très bien que je ne suis pas du genre à montrer mes émotions, n'est-ce pas. Un véritable poète se doit de tout garder pour lui, même si cela doit dépendre de sa jeune sœur, aussi mignonne et adorable soit-elle. » Adressant un petit sourire en coin à Lux qu'il tenait toujours dans ses bras, Blythe se baissa dès lors afin d'attraper les fines jambes de la jeune femme et de la porter comme un époux porterait sa dulcinée un soir de nuit de noces avant de l'emmener proche d'un arbre et de la déposer à terre. Plongeant son regard dans celui de sa jeune sœur, Zadig marqua un temps de latence ne sachant toujours pas quoi lui répondre malgré les questions assez pertinentes qu'elle lui avait posé. Il était vrai que dans la famille Matthews, Blythe avait toujours été considéré comme celui qui devait toujours tout réussir sans jamais tomber ne serait-ce qu'une seule fois. Tandis que Lux avait certainement un peu plus de marge à ce niveau, peut-être était-ce du au fait qu'elle soit une fille, mais peu importait au jeune homme, tout lui avait réussi pour le moment, aussi bien au niveau professionnel qu'au niveau familial. Mais n'oublions sans doute pas les amours ... Choses qui déstabilisaient fort bien le poète sans compter le fait que ce dernier posséderait une tare selon son entourage. En effet, Blythe a fait son coming-out il y a quelques années de cela et un certain nombre de ses connaissances le lâchèrent aussitôt, preuve d'une déconcertante lâcheté, chose que le jeune Matthews ne parvient toujours pas à digérer, mais ceci est un autre sujet que nous n'aborderons pas aujourd'hui.

« Je suis contente de te voir … Je veux tout savoir sur ces deux mois sans toi. Alors dis moi …Qu’ai-je manqué dans la vie du beau Zadig Matthews ? » Ces deux mois sans Lux avaient été assez déroutants, voir même assez déconcertants, mais jamais il n'oserait le lui avouer, il souhaitait tout de même conserver sa fierté et son honneur, choses irrémédiablement importantes dans la vie d'un homme tel que Blythe. Comment allait-il lui avouer qu'il n'avait strictement rien fait de particulier durant ces deux mois ? Qu'il ne faisait que travailler nuits et jours, qu'il ne prenait même plus le temps de sortir comme avant, qu'il ne côtoyait pratiquement plus personne de son entourage, que sa vie n'était plus un havre de paix mais simplement quelque chose de monotone et de fade, sans aucun goût de jeunesse et de liberté tel qu'il avait avant ? Sa vie ne se résumait plus qu'à quelques mots faiblards comme travail, obligations, devoirs, café et d'autres dont il aimerait ne plus jamais entendre parler. C'était un fait, Blythe était un damné, un damné suite à une malheureuse malédiction que seule Lux pourrait éventuellement briser, de par sa gentillesse et sa bienveillance, il n'y avait aucun doute. S'asseyant près de la jeune brune, ce dernier s'allongea peu après, posant sa tête contre l'écorce de l'arbre qui se trouvait derrière lui. « Ce qui s'est passé dans la vie du si beau, si jeune, si merveilleux Zadig Blythe Matthews ? Et bien. Pour tout avouer Lux, rien. Je ne faisais que travailler, encore travailler, toujours travailler sans même me soucier de l'état d'esprit dans lequel je pouvais me trouver, mais peu m'importait puisque je n'avais personne avec qui rester. » Ce dernier poussa un soupire avant d'adresser une esquisse de sourire à son interlocutrice qui le fixait toujours de ses yeux noirs d'ébène. Puis, Blythe la regarda avec insistance comme lui retourner ses questions, choses qu'il faisait toujours lorsqu'il était mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux J. Matthews

avatar

• Nombre de messages : 32
• Age : 27

MessageSujet: Re: Zadig Ψ capture d'un souvenir.   Dim 9 Jan - 17:58

❝ will be together ❞


Ces plaisirs violents, on des fins violentes dans leur excès ils meurent, tels la poudre et le feu que leur baiser consume. J’observais cette citation du célèbre Shakespeare, écrite noir sur blanc dans l’un de plus beau roman tragique de ce monde « Roméo et Juliette » à mon grand étonnement, je ne me lassais pas de lire et relire ces lignes avec une certaines émotion à chaque fois. Loin de l’idée toute faite, de l’émotion éternel d’un amour brisé, je voyais cette histoire comme une pure vérité de ce que représentais le sentiment de l’amour, charnel, incompris et impossible. i a-t-il rien qui ne fut véridique dans la beauté de l'amour passionnel qui lit Juliette à son Roméo. Et si nous ne sommes en aucun cas certains de la véritable identité de son auteur, il est pour autant d'une évidence certains que la beauté de la langue de mérite pas son dénigrement. Les imagines clichés des romantiques guimauves qui de nos jours se lèchent le visage en publique, souhaiteraient trouver un semblant de comparaison dans la prose de l'auteur anglais. Il n'en est cependant rien, et l'amour qui lit le couple maudit n'a rien qui ne fut comparable à l'envie sexuelle de ne pas être seul dans la société dans laquelle nous vivons à présent. Juliette, à la vue de son Roméo, n'est plus Juliette. Il y a tant de différence entre la jeune Capulet qui se trouve être vierge d'une tendresse religieuse, prête à tout pour complaire à son père et aux demandes de sa mère. Elle devait se marier à Paris, dans l'optique de garder pour les Capulets, la richesse des Capulet, jaloux de la convoitise des Montague. Pourtant rien ne saurait la défaire de l'emprise que Roméo a sur elle des le premier regard. Vivant soudainement, prenant en main sa vie pour en faire ce que bon lui semble, elle l'offre à celui qui vole son âme, son être et son cœur dés le premier regard. Le coup de foudre, le vrai, celui qui lit les âmes à jamais dans une passion destructrice qui ne sauraient les lier que dans la mort. Mortelle, toute passion est mortelle, et il n'en ai aucune qui ne puisse survivre à l'éternité. Les Hommes, faibles, ne survivent pas à de tels émotions qui déchirent les entrailles, et qui rendant à nue l'être que nous sommes réellement. Juliette n'est alors plus elle, elle est la Juliette de Roméo, et ce simple déterminant possessif ne saurait qu'illustrer une idée bien trop abstraite pour que de simples mots puissent la faire naitre. La Juliette de Roméo ou la Lux de Aaron.

J’avais tant de chose à lui raconter, à son contraire je me montrais souvent très expressive peut être même trop sans spécialement le vouloir mais il me connaissait par cœur, peut être que c’était la personne qui comptait le plus pour moi et celle sur qui je ne me permettrais aucun jugement. Je ne cherchais même pas à me cacher des erreurs que j’avais pu faire, je savais qu’il ne me jugerait pas, même si il n’hésiterait pas gentiment à me conseiller. Je m’étais toujours demandé si il avait prit mon mariage comme une grosse erreur, le genre d’erreur que peut faire une gamine sans trop savoir dans quoi elle s’engage. Mais l’amour éprouvé avait semblé trop fort pour que je puisse y résister, je l’aimais et cela m’avait semblé assez pour lui promettre de l’aimer pour l’éternité. Bien que ce thème fût un peu trop flou quand je pris ou non la stupide décision d’aller voir ailleurs. La routine s’installant, et rien n’avait réellement de sens, tout ce que j’avais pu ressentir pour lui semblait s’être envolé, et j’en étais plus que malheureuse. Mon histoire d’amour avait disparu, mes sentiments de Juliette envers son Roméo semblaient loin désormais. Et encore une fois il avait été la, à chaque seconde et je l’aimais aussi pour ça « Je sais … je suis très mignonne mais j’ai de qui tenir » je lui offris un sourire me laissant glisser dans ces bras, il avait ce coté chevaleresque qui le rendait encore plus parfait en réalité . Je déposais mon corps contre l’arbre, lui faisant signe de s’installait près de moi. J’aimais tant sa présence. Je laissais mon corps s’apaisait et se sentir totalement détendu pendant plusieurs secondes. Il fini par s’installait à mes cotés à mon plus grand bonheur. J’écoutais avec attention ces paroles, cherchant une sorte de solution dans cette surdose de travail « Hum hum … mon frère à toujours été bien trop brillant … tu sais tu devrais faire une pause, prendre des vacances ou je ne sais pas … t’amuser un peu » je compris à son regard que la question se tournait à moi désormais, et j’eu comme une seconde d’hésitation, lui parler ? Lui dire tout ce que je pouvais ressentir et penser à cette instant précis ; je me demandais si cela était la réel solution à tout ce problème. Je pris ma respiration, comme pour réfléchir avant de lui dire, prendre le temps d’en parler et surtout connaitre son avis qui m’était si précieux. « Hum puisque ton regard est curieux … Je … j’avance à la fac et je crois que je suis en train de retomber amoureuse de Aaron » c’était dit, j’ignorais encore ce qui se passait dans ma tête mais je le voulais, je voulais le récupérer et j’étais prête à beaucoup pour lui. Mais j’avais quelques détails à régler et cela commençait par une fille à exclure gentiment bien sur. « En parlant de ça, tu ne ma pas manqué qu’a moi … tu manque aussi à Mathis » dis-je en désignant mon fils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lovethewayyoulie.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zadig Ψ capture d'un souvenir.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zadig Ψ capture d'un souvenir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
- PROVIDENCE
 :: 
MOSHASSUCK RIVER
-